L’Ange du Foyer, décembre 2018

Aticle paru le 4 décembre dans la Nouvelle République

Un Féminisme Drôle et direct

le Jeudi 22 Novembre 2018 avaient lieu deux représentations de L’Ange du Foyer à la salle Ockeghem de Tours organisées par le Collectif Pouf et L’Assoutif soutenues par la Compagnie Alborada. « Le collectif a été créé pour développer une Prod’ de Ouf Féministe (PouF) réunissant des artistes pluriels.les et engagés.es. Ce soir, c’est L’Ange du foyer qui incarne d’ailleurs bien notre slogan : Parlons de Féminisme avec humour et 100 Détours ! »

En effet, la mise en scène dense et originale entraine le public dans l’absurdité comique de deux femmes enfermées dans leur « sphère domestique » qui trouvent par la magie du théâtre des ouvrages dissimulés un peu partout dans le décor : « Nous en avons une centaine sur scène… Et les dix que nous avons choisis de lire jalonnent le 20ème siècle avec la construction de la pensée féministe et l’émancipation des femmes. » Les comédiennes lisent à voix hautes des extraits face au public, s’interrogent sur leur contenu. Le tout est ponctué de chansons originales, de vraies pauses musicales qui donnent le temps d’assimiler… Car si la philosophe Sylviane Agacinsky ou la romancière Virginia Woolf côtoie les amourettes de Ken et Barbie, c’est bien pour dénoncer une société qui ne laisse toujours pas assez de place aux femmes. Femmes trop souvent victimes de violences conjugales, comme l’évoquent les très émouvantes paroles de « 20h12 » chantée a capela. Mais il s’agit aussi des hommes et de leur assignation tacite à la virilité : A quand l’émancipation masculine ?, nous dit Virginie Despentes.

On rit, on sert les dents aussi parfois, mais les différents outils, le jeu théâtral, la lecture, la chanson, font glisser le message vers le public qui a tardé ce soir-là à partir. Après les applaudissements enthousiastes, des petits groupes se sont formés improvisant des discussion-débat : Où en sommes-nous en 2018 ? Les comédiennes, les membres du Collectif PouF et de L’Assoutif (l’association de soutien au collectif) avec ses animations étaient là pour accompagner le flux de paroles qui se libéraient, enfin ! « C’est toujours le cas. Le spectacle ouvre une réflexion qu’on ne prend pas le temps d’approfondir dans notre quotidien mais qui est nécessaire à l’évolution de notre société vers l’égalité des sexes. »

Une spectatrice : « C’est un très beau spectacle, avec une superbe mise en scène, il n’y a rien de pesant ou de hargneux, ces textes m’ont fait du bien et il y a une très belle complicité entre les deux comédiennes. »

Un spectateur : « Ce qui me dérange avec le féminisme, c’est la généralisation à tous les hommes, mais je comprends aujourd’hui que je suis encore une minorité. Ça fait du bien de voir un spectacle qui ose affirmer les choses, il faudrait le jouer partout, auprès des jeunes avant tout !